Prendre une « Assurance Crédit »

Il y a quelques semaines, je vous racontais ma joie de pouvoir souscrire un crédit renouvelable, mais je me rends compte que j’ai presque passé sous silence un détail qui a son importance lorsque l’on souscrit un prêt : l’assurance crédit !

Autrement dit, l’assurance qui va permettre aux organismes financiers de se protéger des impayés, que ce soit pour des raisons d’insolvabilité pour le particulier, ou des raisons extérieures comme les risques politiques s’il s’agit d’une entreprise.

Sur le moment, je trouve cela absurde : je suis partagée entre le ‘Quoi? vous ne me faites pas confiance pour le remboursement? Vous pensez que je vais refaire ma vie au Brésil avec votre prêt de 10 000 euros???’ et le ‘non mais l’assurance, c’est pour les gens instables, vieux ou avec une santé défaillante. J’ai 30 ans, je ne prévois pas de perdre mon boulot, je ne vois donc pas pourquoi je paierai 20 euros d’assurance chaque mois en plus du remboursement de mon crédit. Et puis, le chômage n’est plus à la mode depuis quelques années’.

Mais j’ai laissé le conseiller m’expliquer deux ou trois points avant de prendre des renseignements de mon côté. Et voici ce que j’ai trouvé …

Dans quels cas me couvre l’assurance crédit ?

En tant que particulier, cette assurance crédit protège avant-tout l’organisme prêteur d’un petit incident de parcours professionnel, à savoir le chômage. Cette garantie entre en vigueur si survient un licenciement économique pour un salarié en CDI à temps plein depuis plus d’un an, et seulement après 12 mois de carence. Ainsi, si vous en avez bénéficiée en janvier, que vous retrouvez du travail en mars et que vous perdez ce dernier en septembre de la même année, vous ne pourrez y prétendre une deuxième fois. Je dis bien « y prétendre » car cette assurance vous permet de ne pas honorer vos remboursements momentanément à cette période, tout en gardant votre contrat de crédit en cours. Evidemment, ce n’est pas sans limite, et ce n’est surement pas un moyen de ne pas payer son crédit, comme on pourrait le penser. Vous êtes en effet assuré à la hauteur d’un montant (appelé aussi « encours ») défini dans le contrat d’assurance crédit. Cette garantie ne s’applique que pour les prêts à taux fixe et sans différé d’amortissement. Si vous êtes fonctionnaire, vous n’êtes pas dans l’obligation de souscrire à ce type de garantie.

Les fonctionnaires ne sont pas obligés de souscrire à ce type de garantie en vue de leur statut.

Cette assurance crédit intervient également dans les cas d’invalidité :

  • … si perte totale et irréversible d’autonomie : la PTIA est appliquée si l’emprunteur-assuré est reconnu par l’assureur comme inapte à tout travail, et que 3 des 4 actes ordinaires du quotidien ne peuvent être effectués sans l’aide d’une tierce personne. Ces 4 actes ordinaires du quotidien sont : se laver, se vêtir, se nourrir et se déplacer.
  • … si invalidité partielle permanente : l’IPP est appliquée quand l’emprunteur-assuré en reconnu par l’Assuré comme souffrant d’une invalidité partielle (33% à 66% de ses capacités physiques et motrices « normales ») et si cette invalidité partielle rentre dans la première catégorie de la Sécurité Sociale.
  • … si invalidité permanente et totale : l’IPT s’applique lorsque l’emprunteur-assuré est reconnu inapte au travail (en raison d’un accident ou d’une maladie) et ne peut donc se procurer un salaire ou profit.
  • … si incapacité temporaire et totale de travail : différente des précédentes, cette ITT laisse entrevoir une notion de temporalité à la situation de l’emprunteur-assuré. Elle est définie  par une impossibilité totale et continue d’exercer une activité professionnelle, même à temps partiel. Cette assurance crédit se chargera des remboursements de votre prêt en attendant que vous soyez apte à reprendre votre activité.

Certaines assurances crédits proposent également de couvrir les cas de décès.

Le questionnaire médical

Ce questionnaire vous sera soumis pour un contrat d’assurance crédit, qui pourrait couvrir la santé. Alors, pas de panique, on ne va pas vous pénaliser parce que vous avez les pieds palmés ou parce que, chroniquement, vous développez des boutons de fièvre (et Dieu sait que certains jours, ça devrait presque passer en incapacité de travail, tellement ça vous enlaidit). Votre conseiller financier s’en tape un peu. Pour simplifier, il veut juste savoir si cela vaut le coup de vous assurer pour votre crédit et – désolée pour ces mots un peu brusques – si vous n’allez pas claquer d’ici peu.

Vous devez remplir ce questionnaire en faisant preuve de « bonne foi » : toute fausse déclaration aura pour conséquence la fin des garanties, … voire la nullité du contrat en fonction du « mensonge » déclaré.

Assurance Crédit : remplir le questionnaire santé

L’assureur évaluera les risques en fonction du questionnaire et vous fera une proposition qui comportera les garanties de la couverture, les conditions pour déclencher ces garanties, les exclusions concernant ces garanties, ainsi que le montant de votre cotisation mensuelle sur la durée de votre emprunt.

Le mieux est donc de rester objectif et de « bonne foi » face à votre situation. Le paiement de la cotisation peut se faire à la signature de l’offre préalable de crédit, sauf si une clause du contrat impose un paiement au premier déblocage des fonds.

Imaginons maintenant que vous faites partis des personnes présentant un risque pour votre assureur (vous êtes amateur de sport extrêmes, vous avez chopé 5 fois la scarlatine l’année dernière, vous conduisez une moto sans casque et en plus vous êtes marié à la fille adoptive d’un mafieux lunatique … bon, vous me direz « Pas de bol, je suis le jouet de la Fortune, mais j’y peux rien »). Certes, mais ce n’est pas pour autant que votre assureur vous refusera cette assurance pour votre crédit. Il vous demandera peut-être une cotisation plus importante. Et puis, tout d’abord, on considère en général comme personnes à risques les personnes qui ont ou qui ont eu de graves problèmes de santé. C’est votre cas? Alors, RELAX. Vous pouvez bénéficier de la convention Aeras, Cette convention vous permet de ne pas remplir ce questionnaire si la durée de votre emprunt est de 4 ans ou plus et si vous avez 50 ans ou moins au moment du dépôt de votre demande Aeras. Vous vous engagerez alors sur l’honneur à ne pas cumuler d’emprunts au-delà de 17 000 euros. Si vous ne réunissez pas l’ensemble de ces conditions : retour à la case départ, à savoir le questionnaire.

 

« Mais pour mon assurance crédit, ai-je le choix? »

Bien sûr ! Les organismes financiers ont la plupart du temps des packages « crédit + assurances », mais vous n’êtes aucunement obligé de prendre l’assurance de votre prêteur pour bénéficier de l’offre crédit. Prenez le temps de vous renseigner. Les organismes prêteurs peuvent seulement vous obliger, s’ils le souhaitent, à vous faire souscrire une assurance pour la souscription d’un crédit chez eux. Il vous suffit juste de vérifier que le contrat d’assurance possède un niveau de garantie équivalent à celui que proposait l’organisme prêteur.

2 dernières « astuces/infos » à savoir :

  • Vous souhaitez résilier votre contrat assurance ? Pas de souci, mais votre prêteur a également son mot à dire et doit accepter cette résiliation pour être effective.
  • Vous souhaitez résilier votre contrat assurance, et vous avez signé votre contrat après le 26/07/2014 ? Vous avez un an à la date de signature du contrat pour envoyer votre résiliation à votre assureur. Pour ce genre de démarche, prévoyez un envoi avec accusé de réception ( au cas où le courrier se perdrait …)

 

Maintenant qu’on a fait le tour technique de la question, je peux vous avouer. Il y a eu un quart de seconde, au moment de remplir le questionnaire, où je me suis quand même demander si le fait d’être mignonne pouvait représenter une incapacité temporaire pour le travail. Bah oui, quoi. C’est dur de pouvoir assurer une activité professionnelle, qui se respecte, quand votre voisin d’open space d’en face vous fixe sans cesse de ses yeux globuleux, avec son unique mèche de cheveux qui lutte pour faire le tour de son crâne et cacher une calvitie plus qu’avancée.

Attention, que ce soit clair, je ne suis pas la minette écervelée que vous pensez, j’ai des valeurs : je serai prête dans ce cas précis à reprendre le travail quand j’aurais changé de collègue ou que je serai vieille et moche 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *